J'ai choisi comme matériau/support les fripes (et autres objets du quotidien) et comme technique essentielle, la sérigraphie (utilisée selon des méthodes très personnelles).
Ces habits racontent leur propre histoire, l'histoire de ceux qui les ont portés, résument une vie et illustrent une société, celle des apparences.
Dans ce recyclage improbable, j'utilise l'histoire que véhicule le vêtement pour la détourner par des impressions graphiques, textuelles et des mises en scène